L’idéologie raciste

Print Friendly, PDF & Email

Guillaumin-Colette-L-ideologie-Raciste-Livre-893539777_ML

Colette Guillau­min : L’Idéologie raciste, éd Folio essais 2002 (pre­mière édi­tion Mou­ton 1972)

  • La dif­fé­rence phy­sique : 281

La dif­fé­rence socio­lo­gique n’est à aucun moment perçu autre­ment que comme une dif­fé­rence réelle. « On peut dire que l’imputation socio­lo­gique de la dif­fé­rence n’a aucun rap­port avec le fait qu’il existe ou non une dif­fé­rence concrète entre les groupes, mais qu’elle s’exerce à par­tir du signe de cette dif­fé­rence, et non de sa maté­ria­lité. » Encore faut-il « voir » la différence.

  • Guillau­min recon­nait une exis­tence réelle et scien­ti­fique des races ? : 100

« Les races au sens scien­ti­fique ne coïn­cident que rare­ment avec les groupes sociaux »

  • La fata­lité bio­lo­gique de la dif­fé­rence et le « racisme » anté­rieur : 40 – 41

« Ce que nous savions des racismes anté­rieurs, pour autant que nous accep­tions ce terme par com­mo­dité, nous mon­trait la croyance en un pas­sage pos­sible d’une caté­go­rie à une autre. (…) A par­tir du XIXe il n’y a plus ques­tion, mais affir­ma­tion. Impli­cite ou expli­cite, il y a cou­pure au sein de l’humanité (sou­li­gné dans le texte), les groupes “sont” et n’ont plus de sta­tut mou­vant. (…) On ne peut plus se conver­tir, ni acqué­rir les ver­tus du domi­nant, la nature garan­tit main­te­nant les par­ti­cu­la­ri­tés de chaque groupe. (…) La rigi­dité des appar­te­nances de groupe, fata­lité bio­lo­gique, est main­te­nant inamo­vible, “intou­chable”. »(la suite page 2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>